AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Crédits Avatar : Soonsony
▲ Messages : 62
▲ Points & Dollars : 230
▲ Date d'inscription : 25/01/2016
▲ Sous-Groupe : 20

hoodlum




MessageSujet: Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]   Mer 3 Fév - 1:11

Un, deux, trois, soleil!
Un, deux, trois...soleil!

Une ombre grise aux yeux vairons passait dans les forêts de buissons de ces incroyables quartiers. Sautant, tressautant même dans les petits puits de lumière, ici et là, qui laissait voir le soleil au dessus de sa tête. C'était une belle journée...et il n'était pas vraiment censé se trouver là à la base.

A l'origine, il devait passer par la rue de l'humain aux pommes. Mais finalement il s'était retrouvé dans l'impasse du chien perdu...euh, du rat paumé...quelque chose comme ça. Suivant alors une petite vaguelette le dépassant sur le bitume, il avait entreprit de découvrir où menait cette houle incongrue. Puis il y avait eu les oiseaux pinailleurs et...c'était compliqué.

Tout d'un coup, il passa la tête hors des buissons. Rien à gauche, rien à droite...cet endroit était vraiment différent des rues bondées et actives de l'intérieur de la ville! Bon, peut-être pas aussi agréable qu'un terrain vague, car là il n'y avait pas de serpents blancs nageant dans une rivière grisâtre mais c'était déjà pas mal! Pas trop d'humains, peu de monstres en métal rugissant.

Propre, bien rangé, toutes les maisons semblaient d'immenses plantes de pierre, ayant poussé dans un ordre qui lui était assez incompréhensible. Peut-être que quelqu'un avait décidé de les placer ainsi, et que seuls les oiseaux profitaient de formes qu'il ne pouvait pas percevoir du sol? Sûrement! Ces sacrés oiseaux...toujours plus clairvoyant que les autres.

Alors qu'il s'avançait sur une rue, il eut l'impression que celle-ci remuait, de haut en bas. Intriguant. Son regard passa sur les lignes blanches, descendit la ruelle et...blanc. Une forme blanche avec un visage indescriptible, une mâchoire garnie de crocs tranchants et un horrible...horrible...qu'était-ce donc? Cela faisait des années qu'il cherchait le mot convenant à l'état de sa gueule. Des années que "Lui" était comme une immense fracture. Mais que faisait-il ici, par une si belle journée? Allait-il encore lui gâcher sa journée?

Paniqué, Gemini courut en remontant la pente, tentant d'échapper à son poursuivant désagréable. Pour rien au monde il n'aurait souhaiter rester au même endroit que "Lui". Les blessures étaient encore trop récentes. Non seulement il n'était pas prêt de lui pardonner, mais en plus il savait que le danger rôdait autour de ce chien couleur de neige comme un insecte tournant autour du soleil d'une griffe grise par une soirée d'été.

Vite, quelque part où se cacher. A sa droite, une haie. Un petit trou, presque invisible. Enfin visible...c'était un trou mais un trou qui semblait l'appeler. Il pouvait presque entendre le "Saute! Mais vas-y saute!" de l'autre côté. Une minute...les plantes ne parlaient pas. Ou peu. Souvent pas. Alors...? Encore une autre réalité?

Sans demander son reste, il s'y faufila. Les branches griffèrent ses poils comme si elles tentaient de coudre un manteau. Ce n'était pas très agréable, ce n'étaient pas de très gentils branchage! Peut-être même que la haie allait le dévorer...oh non! Il était tombé en plein dans le piège? Non, une sortie se profilait, après cet immense voyage palpitant de trois secondes. L'air libre! La liberté! Enfin! Enfin...enfin quoi.

De l'autre côté, il se secoua. Quelques feuilles solitaires et rebelles ayant voulu fuir le massif tombèrent à terre. Triste sort pour de vaillantes pionnières. Le mur végétal avait frémit et grogné, comme si le chien errant l'avait tiré d'un long sommeil. Inquiet, ce dernier regarda au travers du trou qu'il avait fait, s'étant littéralement frayé un chemin. Des pattes blanches et une longue queue aqueuse remuant de gauche à droite...et le tout s'effrita, avant de disparaître. Il avait échappé à "Lui". Pour le moment.

Tout d'abord égaré, Gemini observa ses environs. Une herbe verte bien coupée. C'était un magnifique jardin. Juste à côté de lui, proche, plus imposante de près que de loin, une maison. Il ne s'attarda pas sur les détails, ni même sur l'odeur très présente d'un chien ayant marqué son territoire. Non, quelque chose d'important le captiva. L'appelait, faisait briller ses milles formes et son unique couleur.

S'étalant de tout son long avant de se mettre à ramper, il s'approcha. Il avait peur de faire fuir l'incroyable créature qui se tenait en face de lui si jamais il accourait pour la voir. Là, juste devant son museau, une fleur. Mais pas une fleur comme les autres, légèrement plus allongées...et ses pétales brillaient au soleil comme des joyaux sur un sceptre verdoyant. C'était magnifique à voir, et il en avait la gueule entre-ouverte de surprise. Même si, pour un observateur extérieur, il y avait juste un étrange chien errant aux yeux vairons aplatit vers l'avant, l'arrière train relevé et la queue bien droite qui collait son museau à une fleur en louchant pour l'observer. Une scène normale d'une vie régulière quoi!

Captivé par ce qu'il voyait, il avait omit une règle importante de la vie en société. Mais on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, non seulement sa mémoire était très sélective et son attention toute relative, mais il n'avait pas non plus l'habitude de le faire car il restait généralement sur le territoire de la meute. Toujours était-il que quand on rentre chez quelqu'un...déjà, on entre pas chez quelqu'un sans sa permission. Ensuite, on frappe à la p-...non c'était une drôle d'habitude des humains. Ensuite, on l'appelle sans entrer dedans, ou alors on laisse un message...très généralement un "Je suis passé par là et je repasserais peut-être dans un temps indéterminé" en se délestant allègrement du fardeau de sa vessie non loin.

Bref, Gemini avait peut-être pénétré sans le savoir dans un endroit où il n'était pas censé être. Mais la fleur aux milles danses de couleur était pour lui un monde tout nouveau. C'était comme si une seule forme se répétait, mais devenait de plus en plus petite...comme si le monde entier ne pouvait être qu'un immense motif répété une centaine, des milliers, des millions de fois! Palpitant et vertigineux. Le vertige il commença à l'avoir, à trop penser...mais il resta à observer la fleur encore un peu. Juste un petit peu, et après il verrait.

Mais peut-être que "un petit peu" peut être prit comme un "beaucoup trop longtemps" par certains. La boule de poile grise n'avait jamais vraiment été bonne avec la notion du temps...ou avec une notion fixe tout court, en fait. Ah, et son attention était, comme dit, toute relative...c'est dire qu'un autre animal aurait put se trouver à côté de lui, voir même en face derrière la fleur qu'il ne l'aurait pas remarqué! Un comble pour un animal errant. A vrai dire, ceux dans la meute qui le connaissait un peu avait finit par comprendre pourquoi il s'était fait attrapé si facilement par la fourrière...mais ses folies expliquaient aussi sa facilité à survivre : Il était souvent en mouvement, dans le corps comme dans l'esprit. Même plus dans l'un que dans l'autre.

Au bord de l'admiration, le cabot souffla même délicatement, à l'intention de l'incroyable artiste végétal :

-Est-ce que ce que tu as dans la tête est aussi beau que ce que tu montres, ou bien est-ce que c'est un mirage pour donner l'impression d'être unique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Messages : 233
▲ Points & Dollars : 365
▲ Date d'inscription : 31/12/2015

faithful




MessageSujet: Re: Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]   Lun 8 Fév - 1:44

Après avoir légèrement agacé sa partenaire de vie pour avoir un peu de nourriture à grignoter, celle-ci lui en avait apporté un plat plein. À son habitude, son assiette se situait juste en avant de la porte coulissante de l'aire arrière. Il mangeait, tranquillement, en regardant vers l'extérieur après chaque bouchée. Entre deux croqués au poulet, toutefois, un mouvement attira son attention. Les yeux perçants du chien lui permirent de voir un autre animal mettre ses pattes sur sa propriété. Au fond du jardin, en effet, une stupide bête se faufilait à travers un buisson... Il prit un certain moment  à réaliser que l'être qui venait de marcher sur son gazon, était un autre chien. Un chien qui se prenait pour un écureuil, mais un chien tout de même.  

Lucky sortit ses énormes crocs de sa gueule.

Heureusement pour la bête qui se trouvait dans la cours de sa maîtresse, Oksana, une énorme vitre faisait obstacle au violent cabot... Du moins, pour un certain temps

La brute aboya. La petite blonde qui s'occupait de lui l'entendit et ouvrit la porte. La femme croyait sans doute que son chien voulait seulement aller faire ses besoins à l'extérieur. Elle avait tord. Ses intentions étaient toutes autres.  

Il s'avança doucement vers l’intrus. Lucky aurait pu être plus discret, mais la discrétion n'était pas son domaine. Il préférait être spontané. L'animal devant lui, par contre, ne semblait pas du tout remarquer sa présence. Aucune bête sauf celle-ci n'aurait pas entendu Lucky venir à ce moment. Mais qu'est-ce qui l'occupait ainsi ?

En approchant, sournoisement, le bâtard, à sa plus grand surprise, remarquai que le visiteur regardait intensément l'une des nombreuses fleurs du jardin de la star. Sa star. Lucky savait que le but du voyageur était de détruire le jardin, qu'il restait immobile de cette façon afin de préparer un plan machiavélique contre Oksana. Et Lucky, ne pouvait pas laisser une telle épouvante avoir lieu. Comment elle serait triste si un stupide chien mangeait ses jolies fleurs.

Lucky bondit vers le toutou, ciblant son flanc droit.

-Est-ce que ce que tu as dans la tête est aussi beau que ce que tu montres, ou bien est-ce que c'est un mirage pour donner l'impression d'être unique? 

Ce fou était donc conscient que Lucky était là depuis tout ce temps ? Et qu'est-ce qu'il lui prenait de lui adresser la parole ainsi ? Le chien ne savait pas trop comment se sentir. Lui, unique ? Pff

- Tu t'fous de ma gueule ? C'est pas la peine de me dire des mots doux, je ne suis pas ta chienne.

Sur ces mots, il prit quelques pas vers l'arrière. Cet animal était décidément cinglé.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Crédits Avatar : Soonsony
▲ Messages : 62
▲ Points & Dollars : 230
▲ Date d'inscription : 25/01/2016
▲ Sous-Groupe : 20

hoodlum




MessageSujet: Re: Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]   Lun 8 Fév - 17:26

HRP:
 

Pourtant les couleurs ne transmirent aucun message. Le vent n'était pas et elle ne dansait pas non plus. Au final, sa question tombait dans les flots de l'indifférence. Après tout, c'était le propre des plantes que de ne jamais répondre directement. A moins que...peut-être celle-ci n'était pas d'humeur? Ou peut-être pas la bonne. Pas aujourd'hui. Cela pouvait arriver.

Ce qui surprit la boule de poils grise fut une voix qui, soudainement, parut légèrement à sa gauche. Comme une apparition, si une apparition pouvait être grincheuse et si il en avait déjà rencontré...ce qui n'était pas le cas. Donc c'était juste une voix grincheuse venant...de la forme d'un canidé à quelques pattes de lui.

Doucement, Gemini se redressa et s'assit pour mieux observer ce nouvel arrivant. Grand, son poil était un duo incertain de noisette et de beige, comme si son corps n'était pas parvenu à se mettre d'accord avec lui même et avait décidé de faire les deux à la fois. Au milieu de ce visage légèrement effilé, il y avait deux grands yeux jaunes, qu'il confondit tout d'abord avec des soleils. Mais il n'était pas éblouit, donc ça devait être de petites étoiles, comme celles enfermées dans les griffes grises sur les routes humaines. Des étoiles jaunes quoi.





Le chien semblait avoir reculé, venait-il tout juste d'arriver? Dans tous les cas il semblait...intriguant. C'était comme si il était perturbé. Ce qu'il lui avait dit lui revint en tête. Mots doux, chiennes? Le cabot aux yeux vairons pencha légèrement la tête sur le côté. Gueule, mots doux...Ah! AAAAAAAAAH! A peine avait-il penché sur le côté qu'il se redressa, les oreilles bien droites et la queue battant de droite à gauche. En fait, il se prenait pour une fleur, puisqu'il avait pensé qu'il s'adressait à lui! Quelle drôle de pensée...ou alors c'était un malentendu?

Toujours était-il qu'il lui répondit, sur un ton très amical :

-Bien sûr que tu n'es pas ma chienne, tu n'es pas une fille. Et non je ne me fichais pas de ta gueule. Comment est-ce qu'on pourrait se ficher d'un truc qui ne pense pas? Non non, je parlais à la fleur, là!

A ces mots il pointa la fleur du museau, mais...celle-ci venait de plier sous le vent et toutes ses couleurs avaient disparues. En réalité, elle n'avait jamais été qu'une simple fleur aux couleurs unies. C'est juste que lui ne l'avait pas vu comme tel. Alors, le chien gris baissa les oreilles et prit un air qu'on aurait put décrire comme blasé :

-Sérieux, t'es timide maintenant? Ou bien j'avais raison?

Mais aussitôt, il se remit à fixer son interlocuteur. Se redressant, la queue battante de la joie de la rencontre. Celui en face de lui lui semblait fort sympathique! Bon, il y avait bien l'herbe sous ses pattes qui semblait roussir, et il y avait une forte impression de...de...quoi en fait? Bah, le fait que la maison semblait frémir et que des yeux canins se frayaient un chemin au travers des ouvertures non loin et d'une immense barrière transparente ne devait pas être important pour le moment.

Reniflant un peu, il lui paraissait maintenant une odeur plus délicate et une plus forte. Mais il n'y prêta pas attention, enchaînant :

-Bonjour, en tout cas. Je suis Gemini, et tu es qui, toi? En tout cas tu dois bien vivre si tu es un chien de cette maison! Tu es bien un chien de cette maison hein? C'est comment la vie là où les monstres en métal sont longs comme trois humains? Euh pardon, trop de questions, je vais peut-être attendre de savoir ton nom non? Enfin non, pas non comme non mais nom comme ton nom quoi!

S'asseyant de nouveau, Gemini laissa même pendra sa langue. Une nouvelle connaissance, et en plus en plein milieu d'un tel endroit. Oui il avait toujours été curieux des animaux qu'on disait vivre littéralement sur des os. Pour lui, vivre tous les jours sur des os devait être très inconfortable. Mais en fait, c'était probablement pour dire que certains avaient construit leur maison sur des ossements de proies. Du genre, les humains...chassant d'autres humains pour les écraser et gagner leur territoire? Leur richesse? Leur vie? ...Non, sûrement pas. Les humains étaient bien trop compliqués pour des comportements aussi simples.

Attendant une réponse, il s'aperçut alors que l'herbe était rougie entre lui et le chien. Cela ne brûlait pas mais pourtant ça aurait du être le cas, non? Agacé par cette incohérence, il leva sa patte droite pour la secouer. Ce n'était pas de la poisse vermeille, en tout cas, et il n'y avait pas l'odeur métallique allant avec. Ouf. Et puis, de toute façon la terre allait changer ces couleurs gênantes. Marron et vert, c'était bien là ce qu'elle souhaitait. A part si les humains usaient de peinture...mais elle ne devait pas aimer non plus.

Après ce nouvel égarement, Gemini retrouva le regard du chien en face de lui, et il continua de l'observer avec cet air simple et amical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Messages : 233
▲ Points & Dollars : 365
▲ Date d'inscription : 31/12/2015

faithful




MessageSujet: Re: Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]   Dim 17 Avr - 1:43

La bête qui était devant Lucky, après lui avoir parlé, prit un certain moment à réagir. On aurait dit que l’étrange observateur de fleurs n’avait pas encore compris que c’était un être vivant sachant parler qui lui avait adressé la parole. Il n’aurait pas été étonnant d’apprendre que ce dernier s’imaginait que c’était la douce et jolie fleur qui lui avait parlé. Cette dernière lui affirmant ne pas être sa chienne… Logique.

La joie dans les yeux, le stupide animal levai la queue bien haute. Il n’avait définitivement pas la tête d’un soumis. Il semblait tellement simplet pourtant. Tellement simplet qu’on craignait quel type de bête dominante ce cachait derrière ce personnage. Après un certain instant, le cabot dit à Lucky, de bonne humeur :

-Bien sûr que tu n'es pas ma chienne, tu n'es pas une fille. Et non je ne me fichais pas de ta gueule. Comment est-ce qu'on pourrait se ficher d'un truc qui ne pense pas? Non non, je parlais à la fleur, là!

Bon. Ces mots avaient vraiment offensé Lucky. Il n’avait pas porté attention à sa dernière phrase, celle où le chien précisait que le fameux ‘’truc qui ne pense pas’’ était une fleur. Pour le propriétaire du terrain, c’était d’un illogisme tellement énorme, qu’il n’avait pas su s’attarder à cette phrase. Instinctivement, il avait prit ses propos comme une insulte. Lucky… qui ne pense pas. Bien sur, qu’il aille se faire foutre ce cabot. Ça s’infiltre sur ton terrain et après ça te crache au nez. Quelle classe.

-Sérieux, t'es timide maintenant? Ou bien j'avais raison?

Lucky était tellement furieux après la première intervention de l’animal devant lui, qu’il n’avait pas réussi à répondre.

Timide.

Ne pense pas.

Il était généreux celui-là.

Étrangement, en parlant, l'intrus gardait sa gueule d’enfant, la queue bien haute, battant au vent. N’avait-il donc aucunement conscience des conneries qu’il fouettait au visage de Lucky ?

-Bonjour, en tout cas. Je suis Gemini, et tu es qui, toi? En tout cas tu dois bien vivre si tu es un chien de cette maison! Tu es bien un chien de cette maison hein? C'est comment la vie là où les monstres en métal sont longs comme trois humains? Euh pardon, trop de questions, je vais peut-être attendre de savoir ton nom non? Enfin non, pas non comme non mais nom comme ton nom quoi!

Après avoir posé sa question, ce fameux ‘’Gemini’’ ne semblait même pas attendre une réponse de la part de Lucky. Il regardait au sol et semblait complètement perdu dans ses pensées… Une habitude qui semblait incroyablement habituelle chez lui. Toutefois, Lucky n’y portait réellement attention, il se contenta de lui répondre :

Lucky

Une fois que l’attention de Gemini était de retour sur lui, il lui répondit aux autres questions :

Oui je suis très bien ici, oui c’est ma maison. Et c’est exactement pour cette raison que tu n’as pas vraiment ta place sur ce terrain. C’est ma pelouse. Ehoui, ‘propriétation privée’ comme certains disent.

Il attendit un peu. Puis l’insultat un peu, pour lui rendre la monnaie de sa pièce

Du coup, tu es vraiment stupide, ou c’est un personnage que tu joues ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourtant il n'y avait pas de panneau "Pelouse interdite"? [PV : Lucky ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MES AQUARIUMS 240 L Communautaire et 30 L Aquascape + photos
» documentation panneau solaire
» Préparation d’un panneau en chêne et….
» Ossature bois type panneau et isolation paille
» panneau de contreventement pare pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Los Angeles & Hollywood :: Les Quartiers de Los Angeles :: Beverly Hills :: Les Beaux Quartiers-