AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Crédits Avatar : Soonsony
▲ Messages : 62
▲ Points & Dollars : 230
▲ Date d'inscription : 25/01/2016
▲ Sous-Groupe : 20

hoodlum




MessageSujet: A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]    Ven 8 Avr - 0:59

Un jour nouveau se levait sur le flanc des collines, peignant de ses rayons agiles d'étranges formes et arabesques sous les grands arbres de la forêt. Là où certains animaux s'éveillait, d'autres étaient déjà debout depuis quelques temps déjà. Ceux qui avaient devancé l'astre de lumière pouvait être des lève-tôt de nature. Cependant, Gemini faisait partit de ces lève-tôt sans avoir de raison...enfin, d'explication valable. Non il s'était juste...réveillé. Après une grande ballade et la poursuite d'un papillon gloussant qui l'avait nargué durant une bonne partie de son trajet de la veille.

Avec toute cette course et cette aventure, il en avait même oublié son groupe! Mais ce n'était pas la première fois. Il savait où aller et il les retrouverait là bas. Il retrouvait toujours son groupe! Le réveil n'avait pas été dur, au contraire, il avait envie de sauter! Bondir! D'étendre ses pattes et de cavaler vers...eh mais, pourquoi pensait-il à le faire? Alors qu'il POUVAIT le faire? C'est ainsi que le cabot aux poils gris se lança dans une course folle sur un chemin de terre s'enfonçant dans la forêt. Puis il ralentit, la terre sous ses pattes faisait un drôle de bruit. Bom, Badom, bom, badom.

Un, deux, un, deux! Sa marche était dans un rythme que lui seul entendait, se laissant allé au gré de ses pattes et de ce rythme, comme le son d'un tambour qui répondait à son énergie. Les insectes tournoyait dans les recoins, les oiseaux piaillaient et discutaient dans les branches, couvrant la mélodie des uns et des autres, et les petits animaux de la forêt allaient de-ci de-là, à l'affût des prédateurs et de quoi manger.

Lui? C'était tout simplement un élément qui n'était pas à sa place. Né dans la ville, il avait vécu dans la ville. Rarement, si ce n'est jamais, l'idée de chasser ne lui était venu. Après tout, tout le monde pouvait vivre sa vie, il y avait tant de mets à découvrir dans les boites grises des humains! Tant à voler si l'on était habile! Enfin voler, non, "emprunter" car après tout, les humains l'avait déjà emprunté à un animal avant non, ce truc qu'ils mangeait? Ou à une plante. En fait, les humains étaient de malins profiteurs!

Cette pensée lui traversa l'esprit un instant, avant qu'il ne s'arrête pour observer les environs. L'herbe semblait ruisseler...non, l'herbe ne pouvait pas ruisseler enfin! Ou...ah non! C'était des fourmis. Et elles étaient nombreuses! Toutes en rang...enfin non presque, certaines allaient un peu à contresens ou dans des directions différentes. Intrigué, Gemini se pencha pour renifler ces demoiselles. Peut-être était-elle différente de celles qui se trouvaient chez lui?

Cela sentait...quelque chose. Tout était un peu nouveau pour lui. Pas vraiment, il était déjà allé dans des parcs, mais jamais dans un parc aussi grand et dénué d'hommes. Soudain il éternua! Eh! Se glisser dans le museau ce n'était pas du jeu! Contrarié, le chien des rues renifla et tourna le dos à ces odieuses petites bêtes qui ne se souciait que de leur travail et pas des autres. Les égoïstes! Peut-être allait-il rentrer finaaa...

Aaaaaah! Oh! Quelque chose était d'un orange doré sur un arbre tout proche! Son attention à nouveau captivé il s'approcha et entreprit de renifler le liquide...ou plutôt la mélasse...non la gelée...la chose! Le vent sifflait doucement entre les branches et entre ses poils et lui soufflait de courir. Dans un style de "Geminiiiiiii écoute moiiiiii!". Après le vent, après, pensa-t-il, car la sève tout d'or vêtue était bien plus attirante que ces conseils. Et puis souffler dans les oreilles n'était pas la meilleure idée du monde pour faire écouter quelqu'un, cela était perturbant plus qu'autre chose.

Ainsi donc, sa patte s'éleva, car il voyait bien que l'écorce à cet endroit chouinait plaintivement. Peut-être qu'elle voulait qu'on lui retire ça? Mais quand il se mit à appuyer...il retira sa patte. Qui collait étrangement. Cela l'amusa et il frotta son museau contre sa patte. Et ça collait! Incroyable! Super! Amusé par la propriété quasiment fantasmagorique de sa découverte, il pensa que frotter son autre patte dessus était une excellente idée! Puis suivit son museau, et il s'amusa à courir sur les feuilles, qui s’agrippèrent. Bientôt il rencontra le sol pour s'y rouler et lui faire part de son amour quand à sa fraîcheur.

Mais quelque chose vint interrompre ce moment de joie et d'amusement. Bientôt, il sentit des branches à ses pattes, des feuilles sur son museau. Atchoum! Même éternuer ne les faisait pas partir! Et...mince! Cela collait bien trop en fait! Voilà qu'il s'était retrouvé couché contre un tronc mort, et que ça collait fort en fait! Dans l'oeil d'un autre, il devait ressembler à une sorte d'apparition étrange, la moitié du corps couverte de feuilles et de branches collées sur un tapis gris et des yeux vairons paraissant d'un semi masque de branchages. Tentant de se décrocher ce déguisement indésirable, il ne put que s'exclamer :

-Grafouille, je suis coincé! Lâchez moi sales végétaux en manque d'amour, c'est pas moi qui vous ai décroché de votre arbre d'abord!

Grognements et combat...ridiculement inutile suivirent, et il ne fut pas plus avancé que ça. Simplement plus fatigué. C'était bien sa veine, ce lieu ne l'aimait pas ou quoi? Et voilà que les insectes grésillaient au dessus de sa tête. Gemini leur jeta un regard grincheux, il était sûr qu'ils se moquaient de lui.

-Haha, très drôle, j'aimerais vous y voir, vous y seriez resté collé aussi tiens!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Crédits Avatar : necerti
▲ Messages : 33
▲ Points & Dollars : 112
▲ Date d'inscription : 05/04/2016

raw




MessageSujet: Re: A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]    Ven 8 Avr - 4:36


 
 
 blur & gemini

Au détriment des oreilles de Gemini, le vent feulait au creux des oreilles d'une étoile rousse, fondant dans le paysage semi-urbanisé comme un oiseau de proie. Comète à la queue chevelue, les pattes tambourinant contre le sol rendu aride par un soleil trop peu clément, Blur traçait sa route loin des chemins, bondissant par dessus fourrés et souches, zigzagant entre les troncs et évitant la tranquillité toute relative des chemins déjà tracés.

Sa gueule ouverte aspirait la brise, respiration hachée par un galop hâtif, bien qu'aucune ombre menaçante ne lui courrait au train - Blur courrait pour courir. Pour le simple plaisir de sentir ses muscles rouler sous sa fourrure, pour l'amour de la liberté que créait la course, pour le bonheur artificiel qui déversaient les glandes endorphines dans son sang bouillonnant. Elle courait sans but, affamée d'une envie de liberté que seule la vitesse semblait sustenter. La course n'avais jamais été un moyen d'aller d'un point A à un point B ; depuis que la ville l'avait avalé, l'australienne cavalcadait comme une fin en soi, comme une philosophie. Les moins poètes dénonceraient en cet acte un simple exutoire, mais aucun foutu éthologue n'était assez rapide pour lui déverser sa science à la gueule. Alors la rousse continuait de filer.

Ses poumons finirent cependant par crier grâce, et ce fut à regret qu'elle consentit à ralentir le rythme, passant à un galop retenu, plus économique, mais moins libérateur. La langue pendante, elle avala quelques mètres de ses foulées élastiques, puis passa à un trot de croisière, le nez au vent, à la recherche d'une source d'eau qu'elle ne tarda pas à dénicher. Dégageant quelques fougères du nez, elle révéla un filet d'eau claire et y plongea la gueule, lapant le fin breuvage bien meilleur que l'eau chlorée de la ville. Bien sûr, l'eau de la foret ne provenait pas d'une source ou un lac, elle était conduite et épurée artificiellement. Mais n'étant pas destinée à la consommation, elle était moins saturée de produits chimiques, et plus plaisante au goût pour le canidé.

Une fois sa soif étanchée, la Raw releva la tête, les oreilles en parabole, captant des sons diffus qui la poussèrent à en rechercher l'origine. Le babillage enfantin la conduisit dans une orée clairsemée, où les rayons du soleil venaient se perdre dans des coulées de résine ocre, irisant l'endroit et le teintant d'or et d'orange, comme auréolé d'une ambiance féérique... Si l'on oubliait que des troncs dégoulinant de sève n'étaient pas signe de bonne santé. Et au milieu de tout ça, où l'on s'attendait à trouver un farfadet ou au moins un faon, une silhouette grisâtre se débattait en polluant l'espace sonore de monologues inutiles.

 
«Haha, très drôle, j'aimerais vous y voir, vous y seriez resté collé aussi tiens!
»


Bah tiens. La chienne en aurait presque haussé un sourcil. Certes, la résine gluante ne faisait aucune distinction entre les individus, mais tout de même... Si frotter ses reins par inadvertance contre un tronc était faisable, se rouler dans cette... Gelée collante et odorante... Ne pouvait être que l’œuvre d'un chiot un peu attardé. Or, le griffon gris semblait sorti de l'âge adulte depuis des années - il ne possédait peut-être que l'adjectif "attardé". L'idée d'un handicap mental figea la chienne, qui considéra l'éventualité un instant. Avant de décider qu'elle n'était pas envoyée par le seigneur pour avoir pitié des malheurs des autres.

«Ce n'est pas parce qu'il y a de la fange qu'il faut se rouler dedans.»


Siffla l'australienne, ne pouvant s'empêcher de retenir sa langue bien pendue et ses avis clairement tranchés. Eh quoi, le jour où il tomberait sur un appât empoisonné, il l'avalerait, juste pour voir l'effet qu'il aurait sur son organisme ? La mort était-elle un cas d'étude suffisant pour pardonner la bêtise ? Beaucoup trop de rhétorique et pas assez d'action ; pourtant la Wild n'avait aucune envie de partager le fardeau gluant de ce cher empoté. Le regarder se démener semblait être une occupation beaucoup plus attrayante. Après tout, personne n'avait encore inventé le facebook canin.

(c) Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/dieztastic?fref=ts
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

▲ Crédits Avatar : Soonsony
▲ Messages : 62
▲ Points & Dollars : 230
▲ Date d'inscription : 25/01/2016
▲ Sous-Groupe : 20

hoodlum




MessageSujet: Re: A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]    Dim 10 Avr - 0:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/dieztastic?fref=ts


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'aube, on voit les choses nouvelles du lendemain d'hier [Pv : Blur ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelles racines pour mon Mélèze???
» Nouvelles normes bagages départ des USA??
» [Liste] Les choses à emmener/ne pas emmener
» alterarosa : 32 nouvelles roses
» " Lâchez prise ! " ( nouvelles clés )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Los Angeles & Hollywood :: Forêt Nationale d'Angeles :: Orée de la fôret-